130908_manchester_berbatovLe leader n'est plus celui que l'on croit. En tête du Championnat après trois journées, Liverpool recevait samedi Manchester United, le champion en titre en quête d'un match-référence en ce début de saison. Il devra encore attendre. Car sous le franc soleil d'Angleterre, ce sont bien les Reds qui se sont imposés en patron (2-1), effaçant ainsi une ardoise vieille de sept ans.
Steven_GerrardAnnoncés d'abord titulaires, puis remplaçants, Steven Gerrard et Fernando Torres ont finalement bien assisté à l'essentiel du match depuis le banc de touche. Rafael Benitez ayant préféré les preserver en vue du déplacement en Ligue des champions, mardi à Marseille, c'est donc sans ses deux meilleurs joueurs que Liverpool a débuté la rencontre. Et plutôt mal. Cueillis à froid, les Reds ont Dimitar_Berbatovcédé sur la première offensive adverse et sur la première accélération du nouveau venu, Dimitar Berbatov. Bien lancé par Anderson côté droit, le Bulgare, unique recrue de Manchester à l'intersaison, a fait la différence sur son premier ballon. D'un centre en retrait ajusté, il a trouvé Carlos Tevez, seul au point de penalty, libre d'ouvrir le score à sa guise d'un plat du pied droit fouetté (0-1 ; 3e). Vexés de s'être laissés surprendre d'entrée, Dirk Kuyt et consorts n'ont alors pas tardé à réagir. Par deux fois, le Néerlandais a même bien cru égaliser (6e et 12e). Sans succès.

Coaching offensif et payant de Benitez


KuytMalgré leur maladresse, ou leur manque de réussite, les Reds ont continué à mettre la pression sur leurs adversaires. Et ça a fini par payer. Sur une frappe contrée de Xabi Alonso, Edwin van der Saar et Wes Brow se sont emmêlé les crayons. Albert Riera, fraîchement débarqué sur les bords de la Mersey et déjà titulaire, n'en demandait pas tant (1-1 ; 26e). Le duo Berbatov-Tevez s'est aussitôt reveillé. Mais la reprise du taureau argentin n'a pas trouvé le cadre de Reina (28e). Le match, rythmé durant le premier quart d'heure, a ensuite perdu de son intensité.ryan_babel_150223c Jusqu'à l'heure de jeu environ. Moment à partir duquel les Reds ont lancé un deuxième assaut. Yossi Benayoun a été le premier à allumer la mèche (56e), avant que Robbie Keane ne manque d'un rien la cible (57e). En faisant entrer Gerrard (68e), Rafa Benitez a alors clairement annoncé la couleur. Et il a bien fait car moins de dix minutes plus tard, c'est un autre nouvel entrant, un attaquant, Ryan Babel, qui a libéré Anfield, profitant d'une mésentente dans la défense mancunienne (2-1 ; 77e). Sir Alex Ferguson avait beau lancé ses dernières forces dans la bataille avec Nani, le mal était fait. La roue avait tourné.