samuel_wEn l'absence d'Haile Gebreselassie, le jeune et talentueux Samuel Wansiru a apporté une première médaille d'or olympique au Kenya sur marathon. L'Afrique truste le podium.

On a l'habitude de dire que le marathon est une affaire de vieux briscards, de vieux sages sachant contrôler leur effort et maîtriser leur corps. A seulement 21 ans, Samuel Wansiru vient de prouver que l'expérience n'était pas forcément nécessaire. A condition toutefois d'être un réel phénomène. Songez que le jeune Kenyan ne s'est exercé au marathon que depuis un an seulement et l'épreuve de Fukuoka en décembre 2007. Venu étudier au Japon dès l'âge de 16 ans, en 2002, il bénéficie des conseils du médaillé d'argent de 1992, Koichi Morishita, au sein de l'équipe professionnelle de Kyushu. Une partie de sa réussite se trouve là, lui qui détient le record du monde junior sur 10 000m (26'41''75) et celui du semi-marathon (58'33) devant Haile Gebreselassie.

Nouveau record olympique
300x135_40295_ILLUSTRATION_ATHLETISMEL'Ethiopien, préférant s'aligner sur le 10 000m alors qu'il possède la meilleure référence historique sur marathon (2h04'26), a sans doute dû regretter son choix en regardant la course puisque la pollution qu'il craignait n'a en rien entamé les participants. Sans surprise, l'Afrique a mené les débats, avec un groupe de cinq coureurs (Wansiru, Gharib, Merga, Lel, Kifle) se détachant à mi-course. Deux de ces hommes figureraient sur le podium. L'accélération de Wansiru entre le 35e et le 40e km ne résistait à personne. En 2h06'32, le Kenyan améliorait le record olympique du Portugais Carlos Lopez à Los Angeles (2h09'21) de plus de deux minutes, offrant à son pays un premier titre aux JO dans cette discipline, aussi étonnant que cela puisse paraître.