Niang_4Si une incertitude planait sur sa participation au match en raison d’une douleur aux côtes, Mamadou Niang est bien dans le groupe pour le Havre-OM. Il pourra fêter son 200ème match en L1 là où il a grandi, «là où tout a commencé» comme il dit.

«Mon premier match avait eu lieu au Vélodrome et le 200ème sera là où tout a commencé, c’est assez bizarre» , reconnaît-il mais l’homme n’y voit pas un signe du destin, ce n’est pas son genre. «Je crois en une chose, c’est en Dieu. Je ne suis pas superstitieux. Les choses se font comme elles se font et c’est tant mieux.» Toutefois, si le chiffre est flatteur, l’attaquant olympien n’en mamadou_niang_diaporamafait pas une montagne. Il ne se souvient d’ailleurs plus de sa 100ème en L1… «Je n’avais pas fait les comptes et on m’a appris cette semaine que j’arrivais à 200. J’aborde ce match comme tous les autres, avec la même sérénité et la même envie qu’à mes débuts.» Ca lui réussit, lui qui arrive certainement à 28 ans dans la meilleure période de sa carrière après sa saison la plus pleine avec 18 buts et une reconnaissance unanime dans le milieu. Alors un souhait malgré tout pour fêter l’événement ? «Une victoire, ça j’aimerais bien.»