180808_mexes_bveIl n'a que huit sélections en six ans, il n'a disputé ni la Coupe du monde 2006 ni l'Euro 2008, et peu nombreux sont ceux qui comprennent la maigreur de ce bilan. Dans un entretien à paraître mardi dans France Football, Philippe Mexès explique qu'il démarre la nouvelle saison en équipe de France avec un oeil neuf. Parce qu'une place est à prendre dans l'axe après le départ à la retraite de Thuram. Parce que, surtout, une longue conversation avec Raymond Domenech, à Tignes, le jour de son exclusion de la liste, a changé la donne.

FootballImage8774«Je crois qu'elle nous a fait du bien à tous les deux, juge Mexès. Je voulais savoir comment il me voyait vraiment, de quelle façon il me considérait. Je voulais savoir s'il avait des a priori sur moi, sur mon comportement. Je voulais savoir quelles images il avait de l'homme, du joueur, et si elles étaient négatives. On a parlé entre hommes, ou plutôt entre sélectionneur et joueur. On a mis les choses à plat. C'est la première vraie discussion que j'avais avec lui.» Comme tout joueur en mal de temps de jeu, elle lui a fait du bien.